AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Requiem _ dreams aren't what they used to be.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar



MESSAGES : 5

MessageSujet: Requiem _ dreams aren't what they used to be.   Sam 18 Déc - 9:40


REQUIEM COLLEEN FASTERN

« J’avais trouvé la liberté. Perdre tout espoir, c’était ça la liberté.?» @Fight Club.

IDENTITY CARD.
Hey hey hey, salut Ottawa! Alors moi, je m'appelle Requiem Colleen Fastern et je suis actuellement âgé de vingt-six ans. Moi, dans la vie, je voudrais bien faire biker. Mais en fait, je suis infirmière. Quoi qu'il en soit, je suis en ville depuis huit ans et d'ailleurs, je suis célibataire. Pourquoi tu veux savoir ça? Je t'intéresse? Coquin(e). Ah, j'oubliais. Tu connais la meilleure? On m'a souvent dit que je ressemblais à Rachael Taylor, c'est un truc de gue-din quoi!


QUESTIONS ENTRE AMIS.
Avec tes parents, ça se passait comment dans la vie? Cool? Bad? Explain Je n'ai jamais connu mon père et c'est sans doute là le plus grand des regrets que je puisse avoir puisqu'il nous a quitté le jour même de ma naissance. C'est sans doute pour cela que ma mère s'est sans cesse engagée à tout faire pour moi et mon frère. Je lui dois tout. C'était une femme extraordinaire, une mère fantastique, un modèle. Toujours là pour moi quand je n'avais pas le moral, toujours présente pour m'écouter, me réconforter, m'aimer... C'est une fois qu'elle nous a quitté que je me suis vraiment rendue compte à quel point elle était importante à mes yeux... Pour toi, c'est important de fonder une famille ou que dalle? Je mentirais si je disais ne pas vouloir d'enfant. Fonder une famille, c'est la concrétisation d'un amour. Encore faut-il trouver l'homme capable d'être un bon père, certes. Mais je ne me vois pas vieillir sans avoir au moins un enfant, c'est certain. Ah ouais, et sinon t'as des frères et sœurs? Un frère ainé. Daeron. Il a tout juste trois ans de plus que moi. Ah ok, et ça se passe comment avec eux? Il a toujours été extrêmement présent à mes côtés. Protecteur comme l'aurais pu être mon père, il gardait toujours un œil sur moi, comme une sorte d'ange gardien. Depuis le décès de maman, il est resté à Londres, et moi je suis partie. Mais ça n'a strictement rien changé à nos relations. Il est la dernière personne qu'il me reste et pour rien au monde je n'entacherais cette magnifique fraternité qui nous unie. Ah ouais je vois le genre. Et tu viens d'où toi? De Londres. J'y ai passé toute mon enfance et mon adolescence à vrai dire. Mais les souvenirs atroces s'associant à cette ville m'ont fait partir à ma majorité. Tu va rire, t'as une tête de petit homme vert. Te vexe pas hein. C'est quoi ton truc à toi, dans la vie? Mon truc c'est de venir kidnapper des petits terriens pour voir à quelle sauce je vais les manger. Comment ça je suis pas crédible là ? Bon d'accord, en réalité, je suis infirmière depuis maintenant trois ans à l’hôpital de la ville.
Aaaaaah c'est cool ça. Moi je fais de la flûte traversière et du triangle. C'est qui le trou duc' qui a prit ta photo? Hum attend je sais plus. Ah si voilà, c'est SinnerWhisper de Bazzart. On aurait dit que t'avais mis les doigts dans une prise électrique. Et toi, pourquoi t'as pas encore de gamins/de conjoint(e)? Vous êtes bien trop curieux vous. En réalité, j'avais trouvé l'amour. Enfin, je croyais. Mais monsieur m'a trompé. Comment ça tu voulais pas de détails ? Bah trop tard, fallait pas me poser la question, pour la peine je continue. En fait, j'étais parti quelque jours à Londres pour voir mon frère et je suis rentré un peu plus tôt que prévu. Je voulais lui faire la surprise... Tu parles, je me suis bien fait avoir, vous auriez du voir ma tête quand je l'ai vu avec cette trainée. Non attend, pars pas. C'est pas fini encore. Le truc c'est que je l'aime encore. Comment ça tu t'en moques ? Ça va unh ! Tu me trouves chiant? Pardon ? Qui me parle ? Ah c'est encore toi... Je croyais que t'étais parti. Qu'est-ce que tu me veux encore ?. Bon, bon.. Dernière question. Si tu devais caractérisé le goût de chiotte de tes parents, ce serait avec quel adjectif? T'aurais voulu un autre prénom? Bon d'accord, Requiem est un prénom quelque peu original je vous l'accorde. Mais je vous jure qu'on s'y fait. Puis c'est pas si horrible que ça, au moins, je me démarque des autres.


ET EN IRL?
AVATAR Rachael taylor
SEXY PSEUDO Moony
PRÉNOM TROP BADANT Audrey
MAJEUR OU MINEUR? Petit curieux va. Je suis pas encore majeure, même si j'en approche en fait xD
T'ES A MANCHESTER QUAND? Quatre jours par semaine en période de cours et tous les jours en périodes de vacances (sauf imprévus)
T'ES ARRIVE PAR OU? Par mes favoris. Le forum n'a jamais quitté mes favoris depuis sa première ouverture. J'attendais juste les vacances pour vous rejoindre ♥
TU PENSES QUOI DE LA CITY? Franchement, elle déchire ^^ Sérieusement je suis toujours aussi fan de votre forum.



_________________


Dernière édition par Requiem C. Fastern le Sam 18 Déc - 15:12, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MESSAGES : 5

MessageSujet: Re: Requiem _ dreams aren't what they used to be.   Sam 18 Déc - 9:40

WHAT ABOUT YOU?

    Daeron,
« Te connaissant, tu as sans doute déjà remué ciel et terre à la maison pour essayer de trouver une vulgaire trace de mon existence, t'apercevant alors du vide terrifiant ayant pris place au fin fond de mon armoire. Grand frère, je t'en supplie, ne m'en veux pas et sois compréhensif face à ce qui va suivre. Ces derniers temps, tu auras sans doute remarqué un quelconque changement de personnalité s'opérant en moi. Mon sourire quotidien s'est trouvé masqué par un visage pâle sur lequel, chaque soir, des perlées de larmes s'échappaient. Ma bonne humeur s'est volatilisé, laissant place à des doutes permanents, à des questionnements intempestifs, à des souvenirs se voulant machiavéliques. La faiblesse s'est tout simplement emparé de moi. Cette nuit, j'ai pris ma décision, sans juger bon de t'en faire part. A quoi bon après tout, tu aurais tout fait pour me retenir à tes côtés à Londres... Cette ville maudite. Daeron, je ne sais pas ce qu'il en était pour toi, certes, mais, de mon côté, je supportais de moins en moins notre chère ville natale. A chaque coin de rue, des images, des senteurs, des voix me revenaient en tête, faisant de moi la prisonnière de notre passé. Un jour, un mois, un an puis deux... Je pensais qu'avec le temps, j'arriverais à oublier mais, le vide en moi est toujours présent, tout comme cette tristesse qui s'empare de moi un peu plus chaque jour. Au fond, est-ce que je ne cherche pas a oublier l'inoubliable ? Tu sais, bien souvent on se dit que le malheur ne touche que les autres mais, ne trouves-tu pas que le hasard s'acharne sur nos têtes ? Que reste-t-il de notre si belle famille si ce n'est nos deux personnes Daeron ? Il n'en reste plus rien... non, rien. Ma vie se résume en un enchainement d'obstacles que je gravit avec difficulté. Depuis ma naissance, un manque s'opère en mon cœur, un manque paternel. Certains naissent d'autre meurent. C'est la dure loi de la vie me diras-tu mais, toi, au moins, tu auras connu papa. Moi non. En réalité, je crois que je me sens fautive de sa mort. Si je n'avais pas eu à naître, papa ne serait pas parti de toute urgence à la maternité, il ne se serait pas trouvé sur la route à ce moment donné, non, son véhicule n'aurait pas percuté ce foutu camion et bien évidemment, il n'aurait pas perdu la vie...
Bien sûr, toi tu étais là, le seul et dernier homme de la maison. Mais, avec nos trois ans d'écart, il faut avouer que ta protection n'était pas la même que celle qu'il aurait pu m'apporter. Quoi qu'il en soit, on a appris à vivre avec... ou plutôt sans. Une petite famille très soudée toujours prête à s'entraider, voilà ce que nous étions devenus. Une mère aimante envers ses deux enfants, un frère protecteur envers sa sœur et moi, la petite dernière, je n'attendais que de découvrir la vie sous un meilleur angle. Ah si j'avais su. Oui. si j'avais su ce que le destin nous réservait encore, je n'aurais pas été si pressée de découvrir mon avenir. Daeron, crois-moi, je pensais qu'on avait déjà été suffisamment touché par le malheur avec la mort de papa et je n'aurais jamais imaginé que cette diabolique faucheuse nous aurait aussi arraché notre chère mère si tôt. J'avais seize ans, tu en avais dix-neuf, te souviens-tu ? Je n'en doute pas. Au fond, maman était faible, de plus en plus faible. Comme moi aujourd'hui. La maladie s'est installée en elle si vite, pourquoi ? Je me revois encore dans sa chambre d'hôpital ce fameux jour où tout a basculé. Assise à ses côtés, je lui tenais la main, ne cessant de lui parler, espérant alors obtenir un mot de sa part. Comme chaque jour, mes yeux étaient emplis de larmes. Dieu sait que je n'aimais pas la voir dans cet état. Au fond de mon être, je pensais que ce jour allait être comme les autres mais, le sifflement intempestif qui se dégagea rapidement des machines la tenant en vie m'alerta et m'inquiéta au plus au point. Mes cris commençaient alors à résonner dans les couloirs de l'hôpital et des infirmiers arrivèrent en courant dans la chambre où je stagnais, incompréhensive. Une des femmes venant d'entrer dans la chambre m'agrippa par le bras, me priant de quitter la chambre et de les laisser faire. J'étais inquiète, désemparée, déboussolée et le sifflement des machines se propageait encore et toujours dans ma tête. Soudain, la main du médecin s'abattit sur mon épaule, je ressens encore la peur monter en moi au moment où ma tête pivota en sa direction. Crois-moi, il n'avait suffit que d'un hochement de tête négatif de sa part pour que je comprenne que le monde s'écroulait encore sur nous Daeron... La maladie l'avait emporté sans gènes. Tu sais, je me souviens de tes paroles ce jour-là: "Ça fait mal petite sœur, je sais. Mais dis-toi qu'elle ne souffrira plus maintenant"... Non, elle ne souffrait plus, j'en étais consciente mais, la souffrance s'était désormais emparée de mon cœur. Cela fait désormais deux ans qu'elle a quitté ce monde. Deux ans que je souffre à chaque pas que j'effectue dans Londres. Je ne peux plus supporter cela Daeron. Comprends-moi. A l'heure où tu lis cette lettre, je suis surement déjà loin puisque je pars pour prendre le premier avion qui s'offre à moi, direction Ottawa. Je sais que je suis tout juste majeure mais, comme tu me le dis si bien, je suis mature depuis un bon bout de temps déjà. J'ai simplement envie de changer d'air, de changer de vie et de trouver enfin le bonheur dans ma vie. Cependant, ne crois pas que je te fuis, loin de moi cette idée. Je t'aime et je t'aimerais toute ma vie Daeron, crois-moi. Ce n'est pas un adieu, ce n'est qu'un au revoir, et si tu tiens à moi, je suis persuadée que tu comprendra mon geste.»
Ne m'oublie pas, Ricky.

♣ ♣ ♣ ♣ ♣
    Huit ans plus tard: Daeron,
« Il est loin le temps de mes dix-huit ans, le temps où je suis parti sans crier gare. Il est loin le temps de l'enfance. Aujourd'hui je fête mes vingt-six ans et Dieu sait que j'aimerais que tu sois à mes côtés pour que j'oublie un temps soit peu les nouveaux malheurs s'étant récemment abattus sur moi. J'ai cru apercevoir Esteban dans les couloirs de l’hôpital hier... Simple tour de mon imagination ou pure réalité ? Je n'en sais rien et c'est bien ça qui a le don de me faire paniquer. Les souvenirs me reviennent. Son visage, son odeur, sa voix. Toutes ces choses qui, malgré la douleur, ne m'ont jamais quitté. Est-il devenu raisonnable et stable depuis que je l'ai vu dans les bras de cette autre femme ? Est-il de nouveau amoureux d'une femme ? Ressentait-il réellement quelque chose pour moi ? Tant de questions qui me restent aujourd'hui sans réponses. Dix mois. Cela fait dix mois que j'ai appris sont retour en France, dix mois que je n'ai plus de ses nouvelles. Dix mois que je cherche à l'oublier sans même y arriver. Je lui en veut pour son infidélité mais malgré tout, je l'aime. Encore et toujours. C'est désespérant n'est-ce-pas ? Cet attachement et ce culte que je lui voue... Pourtant il était le seul capable de me faire gravir les échelon vers la guérison, le seul qui, après toi, savait si bien me cerner et me comprendre. Il ma manque. J'ose rêver que cette vision de sa silhouette ne soit pas factice. J'aimerais le revoir afin de savoir ce qu'il est devenu. Tu me prend sans doute pour une jeune femme totalement naïve à chercher de revenir dans ses bras alors qu'il m'a trompé... Et tu as sans doute raison. Mais si seulement il était devenu sérieux, si seulement il m'aimait toujours et voudrait refaire sa vie à mes côtés, sans gâcher ses chances alors... Je ne voudrais pas passer à côté de cette occasion. Je suis malade, proche de la guérison, certes, mais malade. Tu le sais très bien. Je ne veux pas que cette sangsue d'insuffisance cardiaque m'arrache de ce monde, c'est un fait. Mais je serais encore plus peiner de savoir que j'aurais passé mes derniers soupirs dans la tristesse et la solitude. J'ai besoin de lui, il est mon seul remède vers la guérison totale. »
Je n'en peux plus. Ricky.




Dernière édition par Requiem C. Fastern le Sam 18 Déc - 13:46, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MESSAGES : 58

MessageSujet: Re: Requiem _ dreams aren't what they used to be.   Sam 18 Déc - 12:18

Re-bienvenue Ricky (a)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MESSAGES : 5

MessageSujet: Re: Requiem _ dreams aren't what they used to be.   Sam 18 Déc - 13:47

    Merci ♥️

    Je suis contente de remettre les pieds ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MESSAGES : 81

MessageSujet: Re: Requiem _ dreams aren't what they used to be.   Sam 18 Déc - 14:39

RACHAEL RACHAEL LA MEILLEURE
Bienvenuuuue et garde moi un lien I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


STRONGADMIN ஸ I want you to hit me as hard as you can

MESSAGES : 784

MessageSujet: Re: Requiem _ dreams aren't what they used to be.   Sam 18 Déc - 14:44

REQUIEM I love you
Bienvenue Very Happy

_________________
« ELISA, ELISA, ELISA LES AUTRES ON S'EN FOUT. ELISA, ELISA, ELISA RIEN QUE TOI, MOI, NOUS TES VINGTS ANS MES QUARANTE, SI TU CROIS QUE CELA ME TOURMENTE, AH NON VRAIMENT LISA. » ஸ elisa candice chevalier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://unbearable-youth.1fr1.net
avatar



MESSAGES : 5

MessageSujet: Re: Requiem _ dreams aren't what they used to be.   Sam 18 Déc - 14:46

    Merci à vous ♥️

    Et pas de soucis pour le lien Maxyme
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MESSAGES : 17

MessageSujet: Re: Requiem _ dreams aren't what they used to be.   Sam 18 Déc - 16:16

Bienvenuuue ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MESSAGES : 52

MessageSujet: Re: Requiem _ dreams aren't what they used to be.   Sam 18 Déc - 19:16

Requiem for a dream
Bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar



MESSAGES : 5

MessageSujet: Re: Requiem _ dreams aren't what they used to be.   Sam 18 Déc - 19:19

    Merci beaucoup (a)

    Ah puis, j'ai terminée ma fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

❝ Contenu sponsorisé ❞



MessageSujet: Re: Requiem _ dreams aren't what they used to be.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Requiem _ dreams aren't what they used to be.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FAITES DES GOSSES!™ :: Do you speak canadian language? :: bienvenue dans le quartier!-
Sauter vers: